Athéisme

Écrit par Super User le . Publié dans Poésie

Sommeil et rêves clairs et caresses lointaines
Du crépuscule pourpre engloutissant la scène
Vois ce tunnel glauque qui s’ouvre à des myriades
De faucons envoûtés qui volent par saccades

Les longs nuages noirs s’assemblent par centaines
Et hurlent en riant et gonflent leurs bedaines
Je marche seul et sombre étreint par la tornade
Les yeux levés aux cieux attendant l’estocade

Et puis glissement vers ces noirs gouffres obcènes
Où s’écoule l’esprit qui fuit à la migraine
L’univers bascule dans une bousculade
Et je n’entends plus rien qu’une plainte maussade

Mortelle plainte d’un dieu mourant de l’oubli