Introspection

Écrit par Super User le . Publié dans Poésie

Quand je ferme les yeux, je vois un grand cheval
Noir qui me regarde sans bouger ni ciller.
Mais quand j’ouvre les yeux, je ne vois que le mal,
Qui vient me harceler, sans arrêt ni pitié.

Quand j’écoute le sang qui vibre sous mon front
J’entends sourdre la vie animale et puissante.
Mais quand j’écoute bien l’âpre rumeur du monde
Je n’entends que la mort, affreuse et lancinante.

C’est pourquoi je ne vois que la douce lumière
Que Tu offres, mon Dieu, à celui qui T’honore ;
C’est pourquoi je n’entends que Tes nobles prières
Qui m’accompagneront loin de ce triste sort.

Seigneur, ferme mes yeux et ouvre mon esprit
Au plaisir idyllique au sein de ton village ;
Rends-moi sourd aux échos des âmes avilies
Et aiguise mes sens pour suivre Ton sillage !